Association Perche Nature Environnement
APNE
Association Perche Nature Environnement
APNE
Accueil
FED
Calendrier
◄◄
►►
décembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Compteur de visites
Aujourd'hui38
Hier44
Semaine en cours249
Mois en cours705
Année en cours4465
Années précédentes41
Total4506
Statistiques
Quelques images

Les cinq mensonges du projet éolien du Bois d'Aulnay

19/06/2019 - Eolien ou «Comment faire fortune au dépens des autres ?»

Faire fortune pour un promoteur éolien, c’est facile...mais à une condition:prendre les gens par surprise, à leur insu, et agir en secret. Plus de 1500 associations de défense se sont créées en France. Le scénario bien rôdé est toujours le même.

Les promoteurs arrivent avec un projet bien ficelé et de beaux documents, proposent une belle rémunération à un propriétaire terrien et à son exploitant pour conclure un bail à long terme (tout en leur faisant signer une clause de confidentialité), et convainquent le maire par un discours attractif en lui dissimulant la vérité sur les conséquences nocives. L’annonce publique est toujours faite quand les contrats sont signés et les procédures engagées à la préfecture. Les habitants n’ont plus le temps de s’exprimer. Les profits pour les promoteurs sont si importants que tous les moyens sont bons. Dissimuler la réalité leur est essentiel pour emporter le pactole.

Voici cinq exemples.

1. Rentabilité du projet : le loto sans le risque !
Un projet éolien peut rapporter aux promoteurs des dizaines de millions de profits avec un seul euro d’investissement ! Comment est-ce possible? Tout simplement parce qu’un projet éolien bénéficie par la loi de prix garantis pendant 12 à 25 ans et d’une obligation d’achat par EDF quelle que soit la quantité produite et le moment de la production. Un contrat signé, c’est une rente à long terme assurée aux frais du consommateur. Un mégawatt installé rapporte de 400 000 € à 4 000 000 €. Au cas du Bois de l’Aulnay, avec six éoliennes sur un site venteux, le promoteur peut gagner jusqu’à 64 millions d’euros (16 MW à 4 M€). Evidemment, il ne va pas le dire. Mais le profit sera pour lui et le préjudice pour les habitants !

2. Production électrique et consommation locale : une présentation trompeuse !
Un projet éolienne produit en moyenne qu’à 21 % de sa capacité quand le vent est là. L’électricité est souvent indisponible aux heures de pointe et les éoliennes sont presque toujours à l’arrêt en périodes de grand froid. L’électricité est injectée dans le réseau national sans qu’on connaisse sa destination. Il arrive même que l’électricité éolienne ne serve à rien et qu’EDF paye pour s’en débarrasser car elle encombre les réseaux au mauvais moment. En disant que la production à Bois d’Aulnay serait «l’équivalent»de la consommation des 19000 habitants de la Communauté de communes du Perche,le promoteur veut faire croire aux habitants que le projet est utile pour eux. En réalité, cette électricité ne sera ni utilisée localement, ni disponible au bon moment, ni totalement consommée. Mais les habitants subiront chaque jour les nuisances. C’est une façon trompeuse de présenter les choses.

3. Le financement participatif ou le pâté d’alouette !
A raison d’1,5 M€ par éolienne, le projet de Bois d’Aulnay coûterait plus de 10 M€. Les revenus étant garantis,les banques prêteraient au promoteur 100 % des fonds sans sourciller. Lorsque le promoteur annonce avoir besoin de 50 000 €, c’est évidemment faux. Le lobby éolien a obtenu du législateur une prime de 3 € par MWh produit en cas de financement participatif. L’emprunt participatif rapportera donc au promoteur une prime supplémentaire de plus de 800 000 € aux frais du contribuable pour une charge de seulement 6000€ d’intérêts. Il faut donc «piéger»des riverains pour obtenir la prime ! C’est le pâté d’alouette: un cheval pour le promoteur, une alouette pour l’épargnant. C’est vraiment prendre les gens pour des idiots.

4. La surface du parc éolien:un attrape-nigaud un peu grossier !
Le promoteur du Bois d’Aulnay prétend que son projet n’occupera qu’une surface de 1 à 1,2 hectares. En réalité,les éoliennes sont toujours espacées de 300 à 500 mètres l’une de l’autre. Six aérogénérateurs en crête de collines s’étaleront donc sur une distance de1,8 à 3 km ! Affirmer que le projet ne prendra que1 à 1,2 hectares est peut-être vrai, mais sur plusieurs kilomètres. Recourir à une pareille manipulation mentale, c’est à nouveau se moquer du monde.

5. «Le cadeau de bienvenu»ou l’argument commercial inconsistant
Les éoliennes causent de graves nuisances et portent lourdement préjudice à la population. Un promoteur ne le sait que trop. Faire des promesses aussi vagues que «des aides à la formation», «des aides à l’allongement des rotations» ou «l’accompagnement vers une labellisation», c’est un moyen de faire des promesses sans en faire. En quoi un spéculateur financier peut-il prétendre apprendre leur métier à des agriculteurs ? Tenter d’amadouer le public par des promesses en l’air,c’est une pratique habituelle des promoteurs pour se faire bien voir. Mais c’est aussi une forme de boniment commercial qui incite à la méfiance. Franchement, comme on dit en langage courant, il semble qu’on veuille «faire prendre des vessies pour des lanternes» aux habitants.De telles pratiques sont bien rodées chez les promoteurs éoliens...elles démontrent surtout qu’il ne faut leur accorder aucune confiance.
Copyright © 2019-07-01 APNE | TARDUS v7.4